3. Que deviennent les DEEE ?

Que deviennent les équipements électriques et électroniques quand ils arrivent en fin de vie ? Pourquoi une partie se retrouve-t-elle dans les pays du Sud ? Pourquoi sont-ils exportés illégalement ? Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la fin de vie de ces déchets dangereux mais néanmoins valorisables…


Les DEEE étant des déchets dangereux, ils sont soumis à la convention de Bâle, qui fixe des règles visant à contrôler au niveau international les mouvements transfrontières et l’élimination des déchets dangereux pour la santé humaine et l’environnement.

Pourtant, en février 2009 un quotidien britannique faisait état d’une expérience de recyclage d’un téléviseur qui avait tourné court… après un rallongement substantiel de sa destination finale ! (voir « How a tagged television set uncovered a deadly trade ») Irréparable, le téléviseur avait été équipé d’un GPS et déposé chez un recycleur on ne peut plus officiel pour être traité dans le sud de l’Angleterre. Il s’est finalement retrouvé au Nigéria après avoir été exporté comme matériel d’occasion…

dessin_le_trajet_des_tic_produites_et_rejetees.jpg Source : ÉcoInfo (2012), Impacts écologiques des TIC : Les faces cachées de l’immatérialité, Les Ulis: EDP Sciences.

Ces fuites de DEEE s’expliquent par le fait que nos déchets peuvent être sources de revenu : bien que dangereux, les DEEE n’en recèlent pas moins une valeur économique qui en font de véritables gisements miniers urbains, notamment de part les nombreux métaux qu’ils contiennent.

teneurs_en_metaux_de_differents_tic_en_fin_de_vie.jpg Source : ÉcoInfo (2012), Impacts écologiques des TIC : Les faces cachées de l’immatérialité, Les Ulis: EDP Sciences.

En outre, le prix d’exportation de DEEE est par exemple beaucoup moins cher en direction des pays en développement que vers des pays européens.

comparaison_des_prix_moyens_d_exportation.jpg Source : ÉcoInfo (2012), Impacts écologiques des TIC : Les faces cachées de l’immatérialité, Les Ulis: EDP Sciences.

Fort heureusement, tous les DEEE ne sont pas illégalement exportés. Qu’en est-il en France ? Le schéma suivant montre les différents trajets que peut suivre un DEEE.

principales_voies_de_prise_en_charge_des_tic_en_fin_de_vie.jpg Source : ÉcoInfo (2012), Impacts écologiques des TIC : Les faces cachées de l’immatérialité, Les Ulis: EDP Sciences.

L’ADEME établit chaque année un rapport sur la filière DEEE (sa dernière synthèse date de janvier 2014). Elle donne par exemple les quantités d’EEE mis sur le marché français (1,6 million de tonnes) et celles de DEEE collectés (471 000 tonnes) : moins de 30% des équipements électriques et électroniques mis sur le marché en France sont collectés quand ils arrivent en fin de vie. On apprend également que près de 80% des DEEE ménagers collectés sont recyclés, contre 50% des DEEE professionnels (i.e. les DEEE autres que ceux provenant des ménages).

C’est donc une minorité de DEEE qui est aujourd’hui collectée en France. Que deviennent les 70% n’étant pas captés par les circuits officiels ? Une étude menée aux Pays-Bas estime que 11% des EEE mis sur le marché national ne deviendront pas des DEEE aux Pays-Bas (voir « The Dutch WEEE Flows »). Cela représente 44 000 tonnes de fuites vers d’autres pays, notamment en Asie et en Afrique.

Une étude de l’ADEME publiée en décembre 2013 a été réalisée en France pour quantifier le gisement et les destinations des DEEE ménagers et assimilés. Sur les exportations vers l’étranger, elle se montre dans l’incapacité d’apporter des éléments tangibles :

« Aucune donnée quantitative n’a pu être obtenue de l’inspection française des douanes. Cependant, quelques hypothèses ont été corroborées par un Responsable à la Direction Générale des Douanes. D’après cette personne, on trouve régulièrement, lors de contrôles dans les ports, des conteneurs qui contiennent toutes sortes d’équipements ménagers dont des (D)EEE. De tels transports ont généralement pour destination finale l’Europe de l’Est, l’Afrique du Nord, et l’Afrique de l’Ouest (Ghana, Nigeria**). Les appareils exportés sont principalement des réfrigérateurs, des téléviseurs et des moniteurs (écrans d’ordinateurs). Le GEM HF est moins exporté, sauf en Europe de l’Est. Quant aux DEEE importés par l’Asie, ce sont essentiellement des fractions de DEEE (cartes électroniques par exemple).*** »

Il est donc essentiel que tous les acteurs agissent pour réduire les stocks et les flux de DEEE, et fassent en sorte que ces déchets dangereux soient gérés de manière la plus responsable possible. Nous vous invitons pour ce faire à poursuivre votre lecture par l’article « Comment résoudre le problème des DEEE ? ».

Pour en savoir plus sur le devenir des DEEE, nous vous invitons à lire les articles suivants :

  • Peut-on escompter un réel bénéfice environnemental…

-** … de la récupération des métaux ?
-** … de la récupération des plastiques ?
-** … du traitement des DEEE par la filière informelle ?

Posted in Uncategorized Tagged with: ,